Qui sont les personnes contre-indiquées à l’usage des huiles essentielles ?

Les huiles essentielles sont excellentes, lorsqu’elles sont utilisées dans les cheminées d’aromathérapie, elles remplissent la maison de beaux parfums de la nature, certaines d’entre elles peuvent être inhalées et beaucoup d’entre elles sont parfaites pour le bain ou le massage. Cependant, malgré de nombreuses propriétés bénéfiques, les huiles essentielles présentent certaines limites d’utilisation.

Huiles essentielles : quand limiter l’utilisation

En général, les huiles essentielles sont fortement déconseillées aux enfants de moins de 3 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes souffrant de troubles neurologiques tels que l’épilepsie. Cela est particulièrement vrai pour les huiles contenant des cétones les plus fortes, qui présentent un risque inefficace et neurotoxique. Ceux-ci comprennent l’anis vert, le curcuma, le cèdre de l’Atlantique, l’eucalyptus, la menthe et le camphre et la verveine romarin. Concernant le mode d’utilisation, il faut également savoir que toute application cutanée est contre-indiquée chez les enfants de moins de 7 ans et que toute consommation orale est dirigée contre les enfants de moins de 10 ans. Bref, prenez conscience de la contre-indication huiles essentielles avant de l’utiliser.

Contre-indications huiles essentielles

L’utilisation d’huiles essentielles est strictement interdite pour l’injection, à la fois par voie intramusculaire et intraveineuse. Si l’application sur les muqueuses nécessite une très forte dilution, il faut absolument éviter les yeux et leur contour également. Les contre-indications des huiles essentielles s’appliquent également à la condition physique des personnes qui souhaitent les utiliser. Ils s’appliquent aux patients sous traitement ou souffrant de conditions médicales spécifiques. L’huile de romarin est donc contre-indiquée pour les personnes souffrant d’hypertension, l’huile stérile pour les personnes atteintes de maladie rénale, le cyprès à feuilles persistantes ou l’églantier pour les personnes sous traitement anticoagulant. Plus généralement, les personnes souffrant d’allergies respiratoires ou d’asthme n’utiliseront pas d’huiles essentielles inhalées.

Précautions sur l’utilisation des huiles essentielles

Dans la forme, il existe souvent une contre-indication huiles essentielles, d’où la nécessité des précautions. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il est pris par voie orale. En effet, il faut, d’une part, demander l’avis d’un professionnel de santé, d’autre part, diluer fortement l’huile sélectionnée dans un comprimé neutre, un morceau de sucre, dans du miel ou de l’huile végétale. D’une part et d’autres, la première précaution est d’apprendre avant utilisation. Si les huiles essentielles présentent un risque élevé d’allergies, c’est une bonne idée de faire un test cutané avant chaque application. Afin d’avoir toujours une huile de qualité, des précautions sont nécessaires pour la conserver : les flacons doivent toujours être bien scellés et tenus à l’abri de la chaleur et de la lumière.

Les 12 huiles essentielles indispensables dans votre armoire à pharmacie
Je veux arrêter de fumer : que peut m’apporter l’acupuncture ?